Depuis quelques mois, la guerre contre les plateformes d’hébergement en ligne telles que Airbnb s’intensifie de plus en plus dans les grandes capitales. Ainsi, en Espagne, en 2015, la Municipalité de Barcelone a sanctionné Homeaway et Airbnb d’ une amende de 30 000€ pour avoir publié  sur leur site web des logements non inscrits au registre du tourisme. En 2016 l’offensive s’est vue doublée et les infractions sont passées du statut de ‘grave’ à ‘très grave’. Les  deux entreprises ont ainsi reçu une amende de 600 000€  et ont dû désactiver  plus de 700 logements non déclarés.

En 2015, la région de Valence a, quant à elle, exigé à Airbnb la régularisation de ses logements et a ainsi lancé une procédure juridique à l’encontre de la plateforme en ligne. La célèbre compagnie californienne pourrait s’exposer à des amendes allant jusqu’à 30 000€ et à la suspension de certains des logements annoncés.

Les mairies des deux villes assurent que les deux entreprises exercent une concurrence déloyale vis à vis du secteur touristique en publiant des offres de logements sans licence qui échappent ainsi aux impôts et qui ne sont pas enregistrés sur les registres touristiques. Par ailleurs, ils argumentent que la massification d’appartements touristiques contribue à la « spéculation » immobilière. La diminution de  l’offre de locations  de longue durée provoque en effet une augmentation des prix des loyers ce qui porte atteinte directement au droit au logement. De plus, selon ces municipalités ce type de location peut causer des problèmes de convivialité avec les dérives liées au tourisme low cost ( nuisances sonores, fêtards…)

Parmi les entreprises ayant reçu un avertissement, en plus de celles déjà citées, on trouve également Housetrip, 9fltas, Wimdu, Onlyappartments, Open House, Tripadvisor, Niumba et Rent4days. Toutes ont un modèle économique similaire à celui d’Airbnb et Homeaway.

Parmi les principales entreprises qui opèrent dans le secteur, Muchosol est la seule a avoir évité les sanctions grâce à son modèle économique. L’entreprise de Valence n’accepte pas les locations entre particuliers. Muchosol travaille exclusivement avec des gestionnaires professionnels et les logements sont tous vérifiés et légaux. La plateforme en ligne propose, par extension, une alternative légale et sûre pour la location entre particuliers.

Dans ce sens, le but de la plateforme espagnole est d’offrir des vacances de qualité à tous ses clients. Elle travaille jour après jour dans l’objectif d’assurer aux touristes des annonces respectant les standards minimums. De plus, le fait de travailler exclusivement avec des logements gérés par des professionnels a l’avantage de pouvoir offrir un accueil sur place de qualité.  Les vacanciers peuvent effectuer le check-in en toute tranquillité avec l’assurance de récupérer les clés sans contraintes, demander des informations ou bien recevoir de l’aide en cas de soucis au cours du séjour.

En 2015, l’Agence Valencienne de Tourisme a sanctionné Muchosol, l’accusant de publier des logements non enregistrés. L’entreprise a alors presenté toute la documentation nécessaire prouvant que 100% des logements qui apparaissaient sur son site étaient légaux. Par conséquent, Muchosol a été  retiré de la liste que la région avait créée et actuellement elle développe son activité avec normalité sans craindre d’éventuelles sanctions.

Uso de cookies

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR